Pour recevoir nos informations et être informé de nos activités et publications, inscrivez-vous à notre liste de diffusion en cliquant ici :

2019-10-09 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 7 octobre 2019

Combattre pour le socialisme fait connaître une nouvelle déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 7 octobre 2019 :

À BAS LE RÉGIME !
L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE NE DOIT PAS AVOIR LIEU !

Dirigeants des organisations ouvrières, CSA, Comité de réappropriation de l’UGTA :
prononcez-vous pour le boycott de l’élection présidentielle de décembre et engagez-vous à l’organiser !


[Lire la suite en PDF]

2019-09-25 - « Combattre pour le socialisme » n°74 vient de paraître - Au sommaire :

• Éditorial :
Le prolétariat face à un plan de liquidation de toutes les garanties en matière de retraite !
Pour balayer le projet de destruction du gouvernement Macron-Philippe, il faut l’affronter !
La première condition : en finir avec la concertation permanente qui associe gouvernement et directions syndicales !
[Lire la suite en PDF]

• Après la grève, à la R.A.T.P.

• Les militants interviennent et informent C.P.S. : Enseignement public

• On nous communique : Finances, Enseignants, Étudiants

• Brésil : La réforme des retraites, une défaite majeure…

Algérie - Déclaration de « Maghreb socialiste »]

2019-09-22 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 22 septembre 2019 :

Combattre pour le socialisme fait connaître une nouvelle déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 22 septembre 2019 :

À BAS LE RÉGIME ! POUVOIR ASSASSIN ! À BAS LA RÉPRESSION !
À BAS LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES !

LES DIRIGEANTS DES ORGANISATIONS SE RÉCLAMANT DE LA CLASSE OUVRIÈRE (SYNDICATS ET PARTIS) DOIVENT ROMPRE AVEC LE RÉGIME, LA BOURGEOISIE ET SES SUPPLÉTIFS !

FACE À LA RÉPRESSION MASSIVE ET SANGLANTE, LA RESPONSABILITÉ DU COMITÉ POUR LA RÉAPPROPRIATION DE L’UGTA ET DE LA CSA : APPELER À LA GRÈVE GÉNÉRALE !


[Lire la suite en PDF]

2019-07-28 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 25 juillet 2019

Combattre pour le socialisme fait connaître une nouvelle déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 25 juillet 2019 :

Ils doivent tous partir !
À BAS LE RÉGIME ! AUCUN DIALOGUE AVEC GAÏD SALAH ET SON GOUVERNEMENT
À BAS LA RÉPRESSION ! LIBÉRATION DE TOUS LES EMPRISONNÉS POLITIQUES !
POUR L’ASSEMBLÉE NATIONALE SOUVERAINE !
LES DIRIGEANTS DES ORGANISATIONS SE RÉCLAMANT DE LA CLASSE OUVRIÈRE (SYNDICATS ET PARTIS) DOIVENT ROMPRE TOUTE FORME DE DIALOGUE AVEC LE RÉGIME, LA BOURGEOISIE ET SES SUPPLÉTIFS !
En particulier, les dirigeants de la CSA et Merabet doivent rompre toute coopération avec le régime à travers un «dialogue politique» qui ne peut viser qu’à la préservation du régime.


[Lire la suite en PDF]

2019-07-07 - «Combattre pour le socialisme » publie un texte de débat sur la situation en Algérie, à lire et à discuter (Supplément à CPS n°73) :

Questions cruciales pour la construction du parti ouvrier révolutionnaire en Algérie

Depuis 4 mois, une puissante mobilisation des masses en Algérie se développe pour en finir avec le régime bonapartiste militaro-policier. Depuis 4 mois, les deux ennemis se font face. D’un côté, il y a le régime, dont depuis 1962 la colonne vertébrale est l’armée ; il a dû avoir recours à plusieurs manœuvres en recul, passant par-dessus bord Bouteflika et se délestant des éléments les plus ouvertement liés à la mafia au pouvoir ; mais il reste encore debout, s’arc-boutant sur la constitution, qui codifie la perpétuation de sa domination, et sur l’élection dans ce cadre d’un président de la République chargé de perpétuer le « système », même si le régime a dû faire le constat qu’il ne pouvait organiser cette élection dans les délais qu’il s’était fixé au 4 juillet après un premier report. De l’autre côté, se perpétue la mobilisation des masses qui ne peut ni ne veut renoncer à son objectif immédiat : en finir avec le même système, avec le régime... [Lire la suite en PDF]

2019-06-19 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 17 juin 2019

Pas de dialogue avec les gangs !
À bas la conférence de la honte et de la trahison !
Dirigeants de la CSA et des syndicats autonomes :
Rompez immédiatement toute discussion avec le pouvoir !
Quittez immédiatement la conférence nationale !
Organisez avec « le comité de réappropriation de l’UGTA par les travailleurs » le front uni pour en finir avec le régime !


[lire la suite en PDF]

2019-06-05 - « Combattre pour le socialisme » n°73 vient de paraître, au sommaire :

• Éditorial
• Déclaration du groupe : Après le 1er mai… (7 mai 2019)
• Déclaration parue sur le site de « Maghreb Socialiste » : Algérie, À bas la répression… (10 mai 2019)
• Algérie : les questions qui se posent au prolétariat et à la jeunesse
• Les militants interviennent et informent C.P.S.
• Brésil : comment faire en sorte de défaire Bolsonaro ?
• Les incertitudes du Brexit et la classe ouvrière britannique

2019-05-10 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 10 mai 2019

Combattre pour le socialisme fait connaître une nouvelle déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 10 mai 2019 :

NON À LA DICTATURE MILITAIRE !
À BAS LA RÉPRESSION !
LIBÉRATION IMMÉDIATE DE LOUISA HANOUNE ET ARRÊT DES POURSUITES ! HALTE À LA RÉPRESSION DE TOUS LES MILITANTS POLITIQUES ET SYNDICAUX QUI S’OPPOSENT AU RÉGIME !
DÉFENSE DES LIBERTÉS DÉMOCRATIQUES !
IL EST URGENT POUR EN FINIR AVEC GAÏD SALAH ET AVEC LE RÉGIME QUE L’UGTA (responsables syndicaux combattant pour que Sidi Saïd dégage) ET LA CSA APPELLENT À LA GRÈVE GÉNÉRALE !


[Lire la suite en PDF]

2019-05-07 - Déclaration de «Combattre pour le socialisme» après le 1er mai 2019

Déclaration du Groupe pour la construction du Parti ouvrier révolutionnaire, de l'Internationale ouvrière révolutionnaire :

Pour stopper l'offensive du gouvernement Macron-Philippe-Castaner, gouvernement du mensonge et de la matraque,
Il faut imposer aux dirigeants CGT, FO, FSU qu'ils rompent avec lui !


[Lire la suite en PDF]

2019-05-05 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 5 mai 2019

Le temps presse !

Pour balayer le régime :
ASSEMBLÉE NATIONALE SOUVERAINE

Pour satisfaire les revendications du prolétariat et de la jeunesse :
GOUVERNEMENT DES ORGANISATIONS OUVRIÈRES : L’UGTA – DÉBARRASSÉE DE LA CLIQUE DE SIDI SAÏD – ET LA CSA

Dans ce but :
FRONT UNIQUE CSA-UGTA POUR APPELER À LA GRÈVE GÉNÉRALE, CONSTITUER LES COMITÉS DE GRÈVE ET UN COMITÉ CENTRAL DE GRÈVE !


[Lire la suite en PDF]

2019-04-19 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 18 avril 2019

Non à la répression !
Dehors Bensalah, dehors le gouvernement Bedoui, dehors l’Assemblée nationale et le Sénat au service du régime !
Dehors Gaïd Salah !
Il faut imposer le front unique UGTA-CSA pour l’appel à la grève générale pour les chasser tous, pour balayer le régime !
Pour une Assemblée nationale souveraine !
[Lire la suite en PDF]

2019-04-08 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 7 avril 2019 :

Ils doivent tous partir !
Dehors Gaïd Salah !
Assemblée nationale souveraine !
Plus que jamais, il faut imposer aux dirigeants syndicaux (UGTA et CSA) le front unique ouvrier
pour en finir avec le système, pour en finir avec le régime
[Lire la suite en PDF]

2019-03-31 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 30 mars 2019 :

Gaïd Salah et la hiérarchie militaire tentent de sauver le régime

Dehors Bouteflika, dehors Gaïd Salah !
Assemblée nationale souveraine !
Il faut imposer aux dirigeants syndicaux (UGTA, syndicats autonomes) qu’ils appellent à la grève générale pour en finir avec le régime !...

[Lire la suite en PDF]

2019-03-22 - Congrès CGT–CHU de Clermont-Ferrand :

On nous communique :

Motion adoptée par le XXVIII ème Congrès du syndicat CGT –CHU de Clermont-Ferrand (21 et 22 mars 2019) :

C'est une offensive massive que conduit le gouvernement Macron-Philippe contre les travailleurs, les fonctionnaires, les chômeurs, les retraités, les jeunes au compte de la bourgeoisie et du patronat du pays. Leur objectif est la réduction du coût du travail dans toutes ses composantes pour tenter de maintenir leur place dans le marché mondial.
Après avoir cassé des pans entiers du code du travail, le statut des cheminots, ils travaillent en ce moment à en finir avec ce qui subsiste des droits et garanties collectifs ouvriers conquis au fil de décennies de luttes, dont les organisations syndicales ouvrières, pour soumettre les travailleurs dans des rapports sociaux individualisés.
Avec tout un arsenal de mesures visant à remettre en cause les libertés démocratiques et à interdire à la classe ouvrière et à la jeunesse de se défendre, loi «anti-casseurs»... attaques anti-syndicales...

Personnels hospitaliers nous sommes particulièrement confrontés

1-au projet de loi «Buzyn» «Ma santé 2022» qui met en œuvre le discours de Macron du 18 septembre 2018.

En spoliant la Sécurité Sociale des ressources qui lui reviennent par les baisses massives de cotisations sociales accordées au patronat, le gouvernement met à mal le financement des hôpitaux publics ainsi que le remboursement des prestations.
Avec le projet de réforme Buzyn, ce sont directement les hôpitaux publics qui sont menacés.Ce projet vise à en finir avec la place essentielle occupée par les hôpitaux publics au bénéfice du secteur privé lucratif et à transformer fondamentalement le droit à la santé dans le pays.
Il programme la fermeture de nombre d'hôpitaux généraux, de tous les blocs opératoires et maternités de ces établissements, de nombre de services de CHU, de suppressions massives de postes de fonctionnaires hospitaliers, de l'éloignement généralisé de l’accès aux soins.
Il rend responsable le malade dans son parcours individuel de soins, de sa prévention donc de sa maladie, et des remboursements des prestations.
Ce projet est non seulement la négation de nos revendications, mais il signifie une aggravation des conditions de travail, de soins et de défense de nos droits et garanties collectives.

2 –au projet de loi contre la fonction publique et le statut des fonctionnaires dont les dispositions offriraient toutes les possibilités au gouvernement pour mettre en œuvre la loi Buzyn

Pour réduire la part du personnel fonctionnaire hospitalier au profit de personnels contractuels y compris de droit privé
Pour procéder aux suppressions de postes et aux licenciements résultant des fermetures et restructurations des hôpitaux, par ruptures conventionnelles par exemple.
Pour développer le salaire au mérite et à l’intéressement puisque c'est de cela qu'il s'agit au travers du projet de financement des hôpitaux «à la qualité et au parcours de soins».
Pour en finir avec la place des syndicats dans leur rôle de défense des droits collectifs et protection des collègues dans les CAP (carrière, discipline..) et assujettir les délégués au rôle d'accompagnateurs de la gestion des hôpitaux.

3-au projet de destruction des régimes de retraite par annuités et par répartition de la commission Macron-Delevoye. Nous le savons tous que ce nouveau système de retraite par points, censé unifier tous les droits, conduit à la baisse du montant des pensions pour tous, au recul de l'âge légal de départ à la retraite, à un développement des retraites par capitalisation pour ceux qui en auront les moyens.

Philippe et Buzyn ont vendu la mèche ces derniers jours: le gouvernement veut faire supporter la prise en charge de la dépendance par les pensions de retraite.

Si ces projets sont adoptés et entrent en vigueur, comment pourrons-nous défendre efficacement nos conditions de travail, notre statut, nos garanties collectives, notre droit à la retraite ?

Comment pourrons-nous défendre et faire progresser notre syndicat ?

Dans cette situation d'une gravité exceptionnelle, notre congrès tire un bilan:

- les initiatives locales pour tenter de desserrer l'étau des sous effectifs chroniques des services, des mauvaises conditions de travail et de soins aux malades aboutissent rarement; quand cela se produit, c'est au détriment d'autres services et de courte durée. Les personnels sont épuisés et les équipes syndicales également.
- les journées d'action à répétition sans mot d'ordre clair et précis, sans but, ne mobilisent pas nos collègues bien au contraire.
Notre congrès apprécie aussi le bilan de mois de concertation en tout genre organisés par le gouvernement, auxquels les responsables syndicaux participent, (réforme fonction publique, réforme des retraites, réforme Buzyn ?...):

- Jamais le gouvernement ne change son projet initial si ce n'est pour l'aggraver.
C'est pourquoi, notre congrès exprime clairement à la direction fédérale, à la direction confédérale et au 52 ème congrès :

- retirez tous les délégués CGT des concertations de la commission Delevoy de destruction des régimes de retraite par répartition

- préparez le rassemblement de tous les hospitaliers, les fonctionnaires, les travailleurs, dans l'unité la plus large, là où la loi est votée, à l'Assemblée Nationale à Paris, pour exiger

  • le retrait du projet de loi contre la fonction publique et les fonctionnaires,


  • le retrait du projet Buzyn de destruction des hôpitaux publics,


  • le retrait du projet de réforme des retraites.


  • C'est ainsi que nous renforcerons et défendrons la CGT en ouvrant la perspective d'affronter réellement le gouvernement et son programme réactionnaire.

    Nous envoyons cette motion à tous les syndicats CGT de la santé ainsi qu’à toutes les USD en leur proposant de reprendre cette position et de la transmettre aux Fédération et Confédération CGT.

    2019-03-21 - On nous communique - Motion votée par le CDFD 74 de la FSU :

    Solidarité avec la jeunesse et les travailleurs algériens !

    Par millions, depuis le 22 février, la jeunesse et les travailleurs d'Algérie manifestent pour en finir avec le régime corrompu. La FSU 74 salue leur immense mobilisation.

    Les travailleurs algériens et la jeunesse se sont levés sur les mots d'ordre : Non au cinquième mandat ! Dehors le régime ! Dehors Bouteflika !

    Lorsque Bouteflika a annoncé l'organisation d'une « transition » sous son égide, prolongeant son 4è mandat au-delà de ce qu'autorise la Constitution de l'Algérie elle-même, ils ont répondu par des mobilisations plus nombreuses encore, et par le mouvement vers la grève générale. La FSU 74 se place à leurs côtés et dénonce les déclarations d'Emmanuel Macron apportant son soutien à Bouteflika !

    A travers leur mobilisation, travailleurs et jeunes d'Algérie défendent leurs garanties collectives (maintien des régimes de retraite, gratuité des soins, droit aux études, maintien des subventions aux produits de première nécessité).

    Ils se mobilisent aussi pour la conquête des libertés démocratiques (droit de constituer partis et syndicats, liberté d'expression, abrogation du code de la famille...).

    Ils le font face à un régime qui n'a eu de cesse de réprimer les journalistes, les syndicalistes.

    Dans ce mouvement, les travailleurs cherchent à se réapproprier leurs syndicats, en particulier l'UGTA, pour les mettre au service des revendications.

    La FSU 74 leur apporte son soutien.

    Les menaces à peine voilées d'une répression brutale des manifestants mettent à l'ordre du jour la solidarité immédiate des travailleurs de France avec les travailleurs et la jeunesse algériens.

    Conformément à ses traditions de solidarité internationale, la FSU 74 demande à la direction nationale de la FSU qu'elle propose à l'ensemble des organisations syndicales, aux organisations de l'émigration algérienne ainsi qu'aux partis qui se réclament des intérêts des travailleurs, l'organisation d'une manifestation en direction de l'ambassade d'Algérie.

    Adopté à l'unanimité le 21/03/2019 (14 présents)

    2019-03-17 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 17 mars 2019 :

    Après la mobilisation historique du 15 mars :

    - À bas Boutefkika, son régime, son système, sa conférence !
    Les dirigeants syndicaux (UGTA, syndicats autonomes) doivent se prononcer : pas un jour de plus ! Appel à la grève générale !
    Boycott de la « conférence inclusive » !


    [Lire la suite en PDF]

    2019-03-10 - Algérie - Déclaration parue sur le site « Maghreb socialiste » le 10 mars 2019 :

    Par millions pour en finir avec Bouteflika, pour en finir avec le régime !

    Par millions, les travailleurs et la jeunesse ont déferlé le 8 mars dans tout le pays.

    Ils ont ainsi répondu à l'annonce officielle de la candidature de Bouteflika au cinquième mandat : pas un jour de plus ! Dehors Bouteflika ! A bas le système (c'est-à-dire le régime) ! A bas la mascarade électorale !...

    [Lire la suite en PDF]

    2019-03-07 - On nous communique - Motion sur l'Algérie adoptée le 7 mars 2019 par le congrès de l’Union syndicale départementale CGT santé et action sociale du Puy de Dome :

    Motion adoptée le 7 mars 2019 par le congrès de l’Union syndicale départementale santé et action sociale CGT du Puy de Dome :

    Le congrès de l’USD CGT santé action sociale 63 réuni les 7 et 8 mars 2019 salue l’immense mobilisation de la jeunesse et des travailleurs algériens pour en finir avec le régime corrompu. Les travailleurs algériens et la jeunesse se sont levés sur les mots d’ordre : non au cinquième mandat ! Dehors le régime ! Dehors Bouteflika !
    À travers leur mobilisation pour en finir avec le régime, il s’agit de la défense de leurs garanties collectives, du maintien du régime des retraites, de la gratuité des soins, du droit aux études, du maintien des subventions aux produits de première nécessité qui sont une condition de survie.

    Les travailleurs et la jeunesse se mobilisent pour la conquête des libertés démocratiques, (droit de constituer des partis et des syndicats, liberté d’expression, droit des femmes…..).
    Ils le font face à un régime qui n’a eu de cesse de réprimer les journalistes, les syndicalistes.
    Dans ce mouvement les travailleurs cherchent à se réapproprier leurs syndicats, pour les mettre au service de leurs revendications. Fidèle à la tradition de solidarité internationale de la CGT, le congrès de l’USD apporte son soutien inconditionnel au combat des travailleurs-euses, et de la jeunesse.
    Les menaces à peine voilées d’une répression brutale des manifestants mettent à l’ordre du jour la solidarité immédiate des travailleurs de France avec les travailleurs et à la jeunesse algérienne.
    Le congrès s’adresse à la direction confédérale pour qu’elle prenne position dans ce sens et mette à disposition ses organisations pour apporter un soutien actif indispensable face aux menaces de répression, en proposant à l’ensemble des organisations syndicales, aux organisations de l’émigration algérienne ainsi qu’aux partis qui se réclament des intérêts des travailleurs, l’organisation d’une manifestation en direction de l’ambassade d’Algérie reprenant les mots d’ordre des travailleurs algériens !

  • - Soutien aux exigences de la jeunesse et des travailleurs algériens !

  • - Non à la répression


  • motion adoptée par 29 voix pour et 16 abstentions

    2019-02-19 - Déclaration du groupe sur la loi «anti-casseurs»

    Le projet de loi dit « anti-casseurs » : un projet de guerre contre les travailleurs et la jeunesse
    Tant qu'il en est encore temps, il faut imposer aux dirigeants syndicaux (CGT, FO, FSU, UNEF...):
    Qu'ils se prononcent pour le retrait du projet de loi « anti-casseurs » et l'arrêt de la répression
    Qu'ils appellent dans ce but à une manifestation nationale massive à l'Assemblée Nationale...
    [Lire la suite en PDF]

    2019-02-04 - Communiqué sur le Vénézuela

    À bas le coup d’État impérialiste au Venezuela !

    Le mercredi 23 janvier, le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaidó, élu le 5 du même mois, se proclamait président de la république... [Lire la suite en PDF]

    2018-12-11 - Supplément «Gilets Jaunes» à CPS n°71

    Macron répond à la crise des "gilets jaunes" en amplifiant l'offensive contre la Sécurité sociale.
    Pour la classe ouvrière et la jeunesse, l'issue ne peut passer que par le combat pour le front unique des organisations du mouvement ouvrier, pour la rupture des directions syndicales avec le gouvernement Macron, en vue de le défaire pour pouvoir espérer le chasser
    Lire la suite en PDF