Qui sommes nous?

Le Groupe pour la Construction du Parti Ouvrier révolutionnaire, de l'Internationale Ouvrière révolutionnaire est l'héritier politique du Comité « pour le redressement politique et organisationnel du PCI (pour la reconstruction de la IVème Internationale) » fondé par Stéphane Just en 1984.

En 1984, Stéphane Just et des militants du PCI (Parti Communiste Internationaliste) étaient exclus de ce parti par une manœuvre bureaucratique. Cette exclusion était directement commandée par la décision de l'appareil du PCI de substituer au combat pour le Parti ouvrier révolutionnaire luttant pour le gouvernement ouvrier l'objectif de constitution d’un prétendu « Parti des Travailleurs » sur un « programme » en quatre points substituant au combat pour le socialisme un prétendu combat pour la « démocratie » sans contenu de classe, et actant à travers la prétendue « indépendance réciproque des syndicats et des partis » le renoncement à toute bataille dans les syndicats contre la politique de collaboration avec la bourgeoisie des appareils dirigeants des syndicats. (voir : Où en est et où va la direction du PCI Juillet 1984). En effet, cette révision du programme révolutionnaire ne tombait pas du ciel. Elle manifestait la plus étroite dépendance de la direction de la PCI par rapport aux appareils, en particulier par rapport à l'appareil FO. L'explication de la dégénérescence du PCI est fournie par la brochure : « Comment le révisionnisme s'est emparé de la direction du PCI » écrite par Stéphane Just en 1984.

Le Comité connaîtra un développement limité mais réel entre 1984 et 1997. En 1987, compte-tenu des développements de la lutte des classes et de la décision de la direction du PCI de se dissoudre de fait dans le MPPT, le Comité se déclarera « pour la construction du parti ouvrier révolutionnaire (pour la reconstruction de la IVème Internationale) ».

En 1991, le Comité prend acte du fait que le PCI, qui à l'occasion de la guerre d'Irak s'est aligné derrière le PCF et les pacifistes de tous bords et à travers lui derrière l'impérialisme français, a été détruit en tant qu’organisation trotskyste. Aucune des sections de l’organisation internationale IVème Internationale-CIR (Centre International de Reconstruction) n’a remis en cause cette capitulation. Il en tire la conclusion que le combat pour redresser le PCI et IVème Internationale CIR a échoué. C'est pourquoi il décide de s'appeler : « Comité pour la construction du POR, de l'IOR »

En 1997, le Comité prend acte du changement fondamental qui vient de s'opérer dans la situation mondiale à travers le rétablissement du capitalisme en Russie. Tel est le contenu politique essentiel de « Nouvelle Perspective », adopté lors de sa 9ème Conférence. Il y prend acte des conséquences de ce rétablissement non seulement en Russie même, mais à l'échelle du prolétariat mondial. Il enregistre en particulier le fait que désormais les PS, les PC et les dirigeants syndicaux se réclament ouvertement de la propriété privée des moyens de production. Il considère que la conséquence du rétablissement de la propriété privée des moyens de production en Russie se marque par un grand désarroi politique du prolétariat, obscurcissant dans la conscience de millions de prolétaires la perspective du socialisme comme alternative au capitalisme. Dans le même temps, le capitalisme se révèle chaque jour davantage comme un système failli, n'ayant rien d'autre à offrir aux travailleurs et à la jeunesse que chômage de masse, précarité, misère généralisée. Voilà pourquoi le Comité réaffirme plus que jamais la nécessité du combat pour le socialisme, et pour ce faire, de la construction du Parti Ouvrier Révolutionnaire, de l'Internationale Ouvrière Révolutionnaire.

La crise qui secoue le Comité quelques mois plus tard (dans un contexte marqué par le décès de Stéphane Just) a pour racine politique fondamentale le rejet par une partie des membres du Comité des implications réelles de la nouvelle situation politique telle que décrite par le document Nouvelle Perspective. Toutefois une partie des militants (regroupés à partir de 2000 dans le « Cercle pour la Construction du POR, de l'IOR ») va assurer la continuité du combat du Comité. Ainsi sera permis à travers l'adoption d'une déclaration de principe commune le regroupement d'une grande partie des militants du Comité pour la Construction du POR dans le Groupe pour la construction du POR, de l'IOR fondé en 2007 (Résolution du Cercle et du Comité, avril 2007). Le Groupe depuis 2007 a régulièrement affiné sa compréhension des développements de la situation mondiale. Notons en particulier l'élaboration politique à l'occasion de la brutale explosion de la crise mondiale du capitalisme – qui existait antérieurement mais était plus ou moins comprimée – dite « crise des subprimes » (voir Un tournant dans la situation mondiale avril 2009 - Deuxième conférence du Groupe).

Le Groupe pour la Construction du POR, de l'IOR considère que la construction du Parti Ouvrier révolutionnaire, de l'Internationale Ouvrière révolutionnaire, procédera de processus de maturations politiques à l’intérieur du mouvement ouvrier et de la jeunesse en rapport avec des développements à venir de la lutte des classes – et non de son simple grossissement –. Il entend jouer dans ces processus un rôle important, appuyé sur les acquis politiques de la 1ère, de la 2ème, de la 3ème, de la 4ème Internationale, consignés en particulier dans les écrits de Marx, Engels, Lénine et Trotsky, et du Comité fondé par Stéphane Just.
Il vous invite à prendre contact avec lui pour renforcer ce combat.